Vivaldi : le nouveau navigateur pour les utilisateurs avancés


Avec à la manœuvre l’ancien PDG d’Opera, le navigateur Vivaldi se lance dans une version 1.0 et tente de séduire les utilisateurs avancés. En particulier, ceux qui n’adhèrent pas à la tendance actuelle qui est à la simplification.

Présenté début 2015 dans nos colonnes à l’occasion d’une préversion technique, puis ultérieurement disponible dans une version bêta en novembre, le navigateur Vivaldi est aujourd’hui officiellement lancé dans une version 1.0.

Ce navigateur est édité par Vivaldi Technologies dont le créateur Jon von Tetzchner est connu pour avoir été le cofondateur et ancien PDG d’Opera Software. Un postulat de départ a été de redonner une chance à d’anciennes fonctionnalités d’Opera 12, tout en faisant du neuf.

Pour autant, Vivaldi s’appuie sur un socle Chromium (et donc Blink pour le rendu), tandis que son interface utilisateur tire parti de technologies comme HTML5, JavaScript, React.js ainsi que Node.js. Ce navigateur pour Windows, OS X et Linux est vanté comme à la fois classique et moderne. Eu égard au large éventail de ce qu’il propose nativement, il s’adresse davantage aux utilisateurs avancés et va à contre-courant de la rationalisation actuelle dans les navigateurs.

Parmi les fonctionnalités phares de Vivaldi, la haute dose de personnalisation de l’interface qui manifeste sa présence dès le premier lancement. Une interface utilisateur qui en dépit d’une base Chromium n’a pas grand-chose à voir avec celle de Google Chrome, comme c’est autrement souvent le cas.

Vivaldi
Le Speed Dial est de la partie pour accéder à ses sites favoris. Vivaldi propose des raccourcis gestuels à la souris impliquant le maintien du bouton droit de la souris pour par exemple ouvrir un nouvel onglet en déplaçant le pointeur vers le bas, tandis qu’une multitude de raccourcis clavier sont disponibles et peuvent être modifiés. En appuyant sur F2, c’est une interface pour filtrer des commandes rapides qui apparaît.

La gestion des onglets est soignée avec des fonctionnalités intéressantes comme l’empilement. Les piles d’onglets peuvent être rapidement défaites, les onglets juxtaposés, sauvegardés dans une session, voire placés en hibernation pour libérer de la mémoire utilisée par le navigateur.

Au-delà des onglets, Vivaldi propose des panneaux Web pour afficher un site dans le panneau latéral, tout en naviguant sur un autre en fenêtre principale. Cela peut aussi s’avérer utile pour par exemple garder sous la main une conversation sur un réseau social. Un exemple ci-dessous :

Vivaldi-panneau-web-twitter
Vivaldi offre également grâce au panneau latéral toujours à portée de clic (il peut être entièrement masqué) une gestion avancée des signets, la possibilité de rédiger des notes en cours de navigation. Bien d’autres choses sont à découvrir et si cela ne suffit pas, Vivaldi prend en charge les extensions Chrome. Leur gestion pourra se faire via vivaldi://extensions dans la barre d’adresse.

En matière de performances, elles sont très similaires à celles de Google Chrome, avec parfois les mêmes travers concernant la consommation de mémoire. D’autres choses sont à finaliser pour Vivaldi comme la synchronisation et l’email qui font partie des priorités et principales demandes de la communauté d’utilisateurs.

Vivaldi Technologies a noué des partenariats avec plusieurs fournisseurs de services de recherche dans divers pays comme avec Bing, DuckDuckGo et Yandex. Le navigateur peut être téléchargé depuis cette page.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *