Le PQ appuie finalement la hausse du salaire minimum à 15$


Alors que le Parti québécois émettait mercredi d’évidentes réticences face à la motion proposée par Québec solidaire pour faire passer le salaire minimum à 15 $ l’heure, il a finalement voté pour jeudi, contre toutes attentes. La motion a toutefois ultimement été battue.

Dans un communiqué publié jeudi, les députés péquistes Sylvain Rochon et Nicolas Marceau, disent «approuver l’étude d’un projet de loi qui porterait sur le rehaussement progressif du salaire minimum, jusqu’à atteindre un objectif de 15 $ l’heure».

Pourtant, la motion débattue mercredi est la même que celle votée jeudi et ne fait pas état d’un quelconque «rehaussement progressif» tel que stipulé par le PQ.

VOICI LA MOTION

«Que l’Assemblée nationale reconnaisse que, en 2016, seul un salaire horaire de 15$ ou plus permet aux personnes salariées à temps plein d’obtenir un revenu viable;
«Que l’Assemblée nationale s’engage à adopter d’ici la fin de la présente législature une loi sur le salaire minimum à 15$ de l’heure qui établira les critères pour son augmentation annuelle.»

La députée de Sainte-Marie-Saint-Jacques, Manon Massé, a d’ailleurs souligné le changement de position soudain du PQ lors d’un point de presse jeudi. «Pour nous, c’est plutôt intéressant parce que, trois semaines plus tard du dépôt de notre motion, on se retrouve avec un parti de plus qui adhère à cette idée […] et donc ça veut dire que nos arguments portent.»

STEVENS LEBLANC/JOURNAL DE QUÉBEC/AGENCE QMI

En entrevue au Journaldequebec.com, M. Rochon a expliqué le changement de position de son Parti en se référant à la toute première motion proposée en avril dernier.

«J’ai décelé une ouverture du côté de Québec solidaire. La motion, à mon point de vue, ce n’est pas celle d’avril dernier et je salue cette ouverture. Peut-être que le libellé n’était pas très bien construit, c’est possible, a-t-il expliqué. Nous étions en désaccord avec le dernier paragraphe de la motion. […] Cette fois-ci, la motion réclame, toujours d’ici la fin de la législature, qu’une loi qui établira les critères pour l’augmentation annuelle du salaire minimum, afin qu’il atteigne éventuellement 15 dollars, soit votée d’ici la fin de la présente législature, c’est différent. Il y a une nuance importante.»

Pourtant, mercredi, M. Rochon qui a eu la chance de s’exprimer lors du débat en tant que porte-parole de l’opposition officielle en matière de travail, a émis certains bémols face à la motion qu’il a finalement appuyée le lendemain.

SIMON CLARK /JOURNAL DE QUEBEC/A

«L’objectif du PQ est d’offrir le salaire minimum le plus élevé possible, sans toutefois que la voie choisie ne comporte pas d’effet pervers qui mettent les Québécois dans une situation pire que celle qu’on a voulu corriger. Il faut être certain que ça ne se traduira pas par une diminution du nombre d’emplois disponibles pour les travailleuses et les travailleurs»,  a-t-il plaidé avant de citer deux experts qui soulignent les risques d’une augmentation brusque du salaire minimum.

Son collègue Nicolas Marceau  abondait dans le même sens. «Moi, je dirais puis je plaiderais qu’à priori les changements brusques ne sont pas souhaitables, qu’il vaut mieux, lorsqu’on a un objectif, par exemple, l’objectif de 15 $ de l’heure, le faire de façon progressive. […] Moi, à ce jour, en tout cas, en l’absence de connaissances sur l’impact d’une telle hausse, je ne serais pas à l’aise, là. Je pense qu’il y a des travaux préliminaires à faire.»

STEVENS LEBLANC/JOURNAL DE QUEBEC/AGENCE QMI

 

CE QU’ILS ONT DIT:

Le 19 mai 2016

«Nous on ne veut pas manquer notre coup d’améliorer le sort des bas salariés. On veut que le Québec ne manque pas son coup parce qu’il ne faut pas faire de cette question-là un enjeu partisan. Il faut se rassembler pour trouver les meilleures solutions possibles. […] Il faut analyser tout ça. Je suis en faveur, progressivement. Nous pensons qu’il faut consulter les meilleurs experts sur cette question-là. » -Sylvain Rochon en entrevue au Journaldequebec.com «Le Parti québécois a toujours été soucieux du sort des bas salariés qui en arrache, qui on de la difficulté à joindre les deux bouts. Notre vote sur cette motion-là, c’est ce qu’il veut exprimer. Il faut être sérieux sur cette question-là, il ne faut pas bâcler les choses. […] Je veux que nous en fassions une réflexion collective, non partisane.» –Sylvain Rochon en entrevue au Journaldequebec.com

 

STÉPHANE GRÉGOIRE/AGENCE QMI

Le 10 mai 2016

«L’échéancier, deux ans, tel que proposé par notre collègue, c’est rapide. Je suis d’accord avec une hausse, mais il faut faire ça de façon responsable», –Véronique Hivon au micro de Paul Arcand au 98,5.

 

SIMON CLARK/AGENCE QMI

Le 28 avril 2016

Alexandre Cloutier, visiblement mal à l’aise, a tenté de justifier le refus de son parti d’appuyer la hausse du salaire minimum à 15 $ l’heure.

«Très honnêtement avec vous, je n’ai pas les… je ne peux pas répondre en détail à votre question. Ce que je sais, par contre, c’est que le Parti québécois a toujours augmenté le salaire minimum. On a toujours été en faveur de le faire de façon progressive. On l’a fait lorsque nous étions au gouvernement. On est encore favorables à une augmentation qui est progressive. […] probablement que c’est simplement le caractère progressif de la motion qui probablement faisait défaut, là. Je n’ai pas vu sur quel délai ils souhaitaient le faire. Mais ce qui est certain, le principe de base, c’est que le Parti québécois a toujours été favorable à une augmentation du salaire minimum. On l’a fait d’ailleurs quand on était au gouvernement et on a appuyé les gouvernements précédents qui l’ont fait.