Mairie de Montréal Les face à face minute par minute


Les face à face minute par minute

Mercredi soir se tenaient les derniers face à face entre lescandidats à la mairie de Montréal

 quelques jours avant lesélections municipales du 3 novembre.

22h00: Fin du débat et fin de la série de face à face.

21h58: Denis Coderre veut garder le Grand prix de Montréal, et faire le nécessaire dès son élection

pour faire en sorte qu’il reste.

21h57: «J’aime le Grand Prix, mais je veux avoir les chiffres. Combien ça rapporte exactement le

GP?» demande Mélanie Joly.

21h57: Investir dans le GP de F1 de Montréal, est-ce que ça vaut la peine?

21h56: «On va être très pragmatique, rebondit Denis Coderre. On va travailler avec les budgets

actuels, on fera pas de hausse de taxes, mais tout l’argent qu’on va économiser, on va le mettre

dans les infrastructures.»

21h55: Mélanie Joly regrette qu’il n’ait pas été beaucoup question de culture dans la campagne.

Elle souhaite soutenir les artistes émergents et augmenter les subventions au Conseil des arts.

21h53: Denis Coderre, lui «dit non» au péage, ce serait une injustice flagrante pour les Montréalais.

Il estime être le bon interlocuteur avec Ottawa en tant qu’ex porte-parole libéral en matière de

transports à la Chambre des communes.

21h52 : «Moi je veux des péages partout au Québec si on en met à Montréal, dit Mme Joly.

Pourquoi on enfermerait Montréal par les péages?»

21h50: «Je veux qu’on passe par Denis Coderre sur tous les sujets», explique M. Coderre en

précisant que le transport à Montréal passe par des discussions avec les villes autour de Montréal.

21h48: «C’est important d’aller chercher de nouvelles sources de financement pour le transport

en commun à Montréal. Je ne veux pas être comme M. Coderre, je ne veux pas être la mairesse

des banlieues», dit Mme Joly.

21h48: «C’est important d’aller chercher de nouvelles sources de financement pour le transport

en commun à Montréal. Je ne veux pas être comme M. Coderre, je ne veux pas être la mairesse

des banlieues», dit Mme Joly.

21h48: La question du transport.

21h47 : L’itinérance est une priorité pour Denis Coderre, dit-il. Un membre de son équipe

est spécialisé dans ce domaine et qu’il agira main dans la main avec les organismes communautaires.

21h46: Mélanie Joly veut s’assurer que Montréal ait davantage de source de financement

de la part du provincial pour lutter contre l’itinérance en augmentant le logement social.

21h45: Les candidats abordent le problème de l’itinérance
21h44 : «Montréal n’a pas la même réalité que Québec», dit Mme Joly, qui assure que si elle

est maire, son interlocutrice, ce sera la premier ministre Pauline Marois.

21h43 : Denis Coderre dit être lui aussi prêt d’aller jusqu’aux tribunaux. Pierre Bruneau rappelle

que tous les candidats à la mairie de Montréal sont du même avis.

21h42: «Je veux être le maire de tous les Montréalais, dit Denis Coderre. On est capable de

respecter la laïcité de l’État sans discriminer les gens»

21h41 : Mélanie Joly est fermement contre et dit qu’elle contestera la charte des valeurs québécoises.

21h39: Comme au début, Denis Coderre retourne le problème en disant que la violence conjugale,

ça devrait être tolérance zéro, comme pour la corruption. «Moi, je prends mes responsabilités,

j’ai appelé directement mon candidat (M. Zambito) et je lui ai demandé de démissionner. Je n’ai

pas attendu», ajoute-t-il.

21h37: «Votre filtre Coderre, je pense qu’il n’a pas fonctionné», lance Mélanie Joly, qui attaque de

nouveau son adversaire sur le fait qu’il a fait le choix d’intégrer dans son équipe de nombreux anciens

du parti de Gérald Tremblay.

21h36: Mélanie Joly estime que si Denis Coderre a rapidement été populaire parce que ça faisait deux

ans qu’on savait qu’il serait candidat.

21h35: «Moi je ne vais pas gouverner par idéologie ou par camp», répète Mme Joly

21h34: «Je suis prête à travailler avec les meilleurs talents dans la mesure où il n’y a pas de problème

d’intégrité», dit Mélanie Joly qui prône une coalition… «Moi, j’ai une équipe complète»,

rétorque Denis Coderre.

21h33: «Moi ce que je veux, c’est avoir un gestionnaire qui connaît son métier et sur lequel on

peut s’appuyer. Moi je serai un chef d’orchestre», explique Denis Coderre.

21h32: Qui dirige la Ville? «C’est moi qui dirige», affirme Denis Coderre

21h31: Mélanie Joly veut une agence qui coordonne tous les travaux de la Ville. Denis Coderre

dit «encore une autre agence et de la paperasse inutile»

21h30: Mélanie Joly souhaite que les firmes d’ingénieurs remboursent la Ville de Montréal

21h33:

«Moi ce que je veux, c’est avoir un gestionnaire qui connaît son métier et sur lequel on peut

s’appuyer. Moi je serai un chef d’orchestre», explique Denis Coderre.

21h30: «C’est pas clair, on comprend rien», lâche Denis Coderre pendant que Mélanie Joly

explique son plan de transparence entre la Ville et les firmes

21h30: Mélanie Joly souhaite que les firmes d’ingénieurs remboursent la Ville de Montréal

21h28: Mélanie Joly veut de la transparence et des données ouvertes à Montréal et affirme

que Denis Coderre veut cacher certaines informations importantes, comme qui sont les sous-traitants

qui travaillent sur les chantiers publiques.

21h27: Mélanie Joly se moque du fait que Denis Coderre a de nombreuses pages de notes devant lui

21h25: «La seule façon de lutter contre la corruption, c’est un changement de culture, dit Mme Joly.

Un inspecteur général comme le propose M. Coderre, ça ne changera rien, la preuve à Chicago où la

corruption est endémique malgré l’inspecteur»

21h24 : Denis Coderre cite Jacques Duchesneau (ancien chef de l’Unité anticollusion. «M. Coderre est la

personne dont on a besoin pour régler le problème de corruption à Montréal»…

21h24: Beaucoup d’agressivité et de nervosité de part et d’autre

21h22: M. Coderre dit à Mélanie Joly qu’elle n’a pas de crédibilité parce qu’elle n’agit pas rapidement

quand ses adversaires sont impliqués dans des affaires, et qu’elle est naïve. «Vous banalisez la violence conjugale (en agissant pas)»,

dit Denis Coderre.

21h21: Denis Coderre répond en attaquant Mélanie Joly sur le cas de son candidat, Tommaso Di Paola,

qui se présente dans l’arrondissement Saint-Léonard-Est, qui fait l’objet d’une enquête du SPVM

concernant une histoire de violence conjugale.

21h20 : «L’expérience, ces dernières années à Montréal, elle n’est pas bonne et M. Coderre,

son problème, est qu’il n’a pas la crédibilité pour être à la tête de Montréal, parce qu’il est allé

chercher des candidats d’Union Montréal», impliquée dans la corruption, dit Mélanie Joly

21h19: «La politique, c’est un art, c’est une capacité à avoir une proximité avec les citoyens.

Mon expérience est un avantage» dit Denis Coderre

21h18: Pierre Bruneau ouvre de nouveau sur la question de l’intégrité

21h17: début du sixième et dernier face à face, entre Denis Coderre,

d’Équipe Denis Coderre pour Montréal, et Mélanie Joly, du Vrai changement pour Montréal…

21h13: Fin du face à face entre Richard Bergeron et Marcel Côté

21h12: Marcel Côté estime qu’il ne faut pas hésiter à investir pour un événement

qui rapporte beaucoup à la ville. Les deux candidats espèrent que le Grand Prix restera à Montréal.

21h12: «Montréal ne mettra pas d’argent dans les paddocks pour le Grand Prix de F1», prévient Bergeron.

21h10: «Montréal coûte trop cher aux familles, dit M. Côté. Le futur maire doit demander à

Québec de faire le nécessaire pour le logement sur l’île de Montréal», pour éviter qu’elles partent.

21h10: Je veux faire de Montréal une ville étudiante, affirme Marcel Côté pour dynamiser la ville

21h09: Pour financer les transports, Bergeron compte sur les 100 millions par année «que nous

nous faisions voler», et un autre 100 millions viendra des économies structurelles à la Ville de Montréal

21h08: Marcel Côté dit qu’il applique cette augmentation au niveau de l’inflation systématique à

tous les services, plutôt que d’augmenter les taxes.

21h07: «On va hausser le titre de transport collectif sur le niveau de l’inflation», propose Richard Bergeron.

21h05: Turcot et Champlain sont deux grands enjeux pour Montréal, disent d’une seule voix les

deux hommes, qui affirment être bien informés sur ces dossiers.

21h04: Richard Bergeron ne veut pas seulement un péage sur le pont Champlain, «soit on en met

partout, soit on n’en met nulle part», dit-il. M. Côté ajoute que si c’est le cas, «ce sera le bordel».

21h02: «Le projet de Turcot qui est en train d’émerger va être très satisfaisant», estime Marcel Côté.

«Pas du tout», s’insurge Richard Bergeron.

21h01: «Québec ne peut pas faire quoique ce soit à Montréal sans discuter avec la Ville», en dépit du

décret signé il y a un an, assure Côté.

21h00: Le prochain thème est maintenant le transport

20h58: Sur l’itinérance… «ça prend plus de logements, d’intervention et de suivi», dit Marcel Côté.

Richard Bergeron estime qu’il y a de plus en plus d’itinérance au centre-ville de Montréal.

20h57: «On reconnaît qu’il y a une communauté anglophone à Montréal, dit M. Côté. Le problème,

c’est comment on fait pour franciser ceux qui ont une autre langue naturelle»

20h56: «Le français est un trait d’union entre l’anglais et les autres langues ici à Montréal, mais les

(allophones) finissent par apprendre le français», dit Marcel Côté, totalement approuvé par son

adversaire du soir.

20h55 : Les allophones «s’habituent graduellement au français», assure M. Côté.

20h54: Est-ce que Montréal doit donner la primauté au français ou devenir bilingue? demande

Pierre Bruneau

20h53: «Je suis sympathique à la liberté des gens. On n’avait pas de problème il y a trois mois»,

dit M. Côté.

20h52: «Il y a deux débats là-dedans: sur les signes religieux et sur le féminisme», dit Marcel Côté.

20h51: Richard Bergeron ne veut pas en dire davantage tant qu’il n’aura pas lu le projet de loi.

20h50: On parle de la charte des valeurs québécoises. Richard Bergeron appelle Québec à la

prudence sur ce sujet et d’avoir cette idée en tête: «il ne faut pas que Montréal décroche du

reste du Québec».

20h49: Sur la question de la qualité de la vie…

20h48: «Il faut qu’on ait des rêves à Montréal», dit Bergeron «Attention avec les rêves, il faut

d’abord réparer les infrastructures actuelles, ça craque de partout à Montréal», répond Côté.

20h46: Richard Bergeron veut freiner les dépenses sur l’entretien des infrastructures souterraines.

Il veut utiliser une partie de l’argent sauvée dans les transports. «Il y a encore eu des bris d’aqueducs

ce matin», commente Marcel Côté pour dire qu’il y a encore énormément de travail pour améliorer ces

infrastructures souterraines.

20h45: M. Côté veut une gestion plus serrée et faire des économies. Ces économies doivent être

utilisées pour l’entretien des infrastructures…

20h43: Richard Bergeron veut un péage sur les ponts d’entrée à Montréal pour que ce soit

l’utilisateur payeur et permettre de financer les infrastructures routières, plutôt que de puiser

dans les taxes des contribuables.

20h41: «Les individus doivent être sanctionnés et s’en aller dans les entreprises impliquées

dans la collusion et la corruption, mais les entreprises doivent être sauvées», affirme Marcel Côté.

20h39: «Il y a de la corruption là où il y a de la mauvaise gestion, et à Montréal, il y a a de la mauvaise

gestion», affirme M. Côté.

20h37 : Marcel Côté dit que tout le monde veut laver plus blanc que blanc… «Moi je ne doute pas de

votre intégrité, M. Bergeron», lance-t-il.

20h36 : «Vous vous êtes liés à un parti qui a été trouvé coupable de nombreuses fraudes

électorales (Vision Montréal)»

20h35: «Aujourd’hui, c’est le temps de vérité», dit Richard Bergeron et pousse M. Côté dans

ses retranchements, qui repousse ses réponses sur l’intégrité des ses deux candidats anciens

d’Union Montréal à demain…

20h34 : Marcel Côté s’énerve après M. Bergeron, lui reprochant d’en mener trop large

20h34 : M. Bergeron dit que M. Côté joue dans la même cour que M. Coderre.

20h33: Marcel Côté n’était pas au courant, mais les avocats de la Coalition, si. Ils étaient

tenus par le secret professionnel

20h32 : Quel est le rôle qu’a joué M. Blanchet, candidat Coalition (ancien Union Montréal)

dans les allégations concernant Robert Zambito? Question à Marcel Côté

20h31 : premier thème: taxes et administration

20h30 : début du cinquième face à face, entre Richard Bergeron, de Projet Montréal, et Marcel Côté,

de Coalition Montréal…

source : http://tvanouvelles.ca/lcn/infos/regional/montreal/archives/2013/10/20131030-203017.html

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *