Au Royaume-Uni, les FAI déploient le blocage par défaut du porno


K1E4ViJFnf.png

Depuis vendredi, le fournisseur d’accès à Internet britannique « BT » allume d’office, pour tous ses nouveaux clients, un filtre bloquant par défaut les sites classés X. Pour le désactiver, l’abonné doit décocher une case pré-sélectionnée. Le déploiement de ce filtre, qui s’étendra d’ici la fin de l’année prochaine à l’ensemble des clients de l’opérateur, n’est qu’une des pierres du vaste plan engagé par le Royaume-Uni au nom de la protection de l’enfance.

Vendredi, le FAI « BT » a annoncé que désormais, les consommateurs optant pour ses services « auront à faire le choix entre activer ou non le contrôle parental lorsqu’ils installeront pour la première fois leur connexion internet ». Sauf que ce choix sera influencé : la case « oui » sera en effet « pré-sélectionnée », comme le précise l’opérateur dans un communiqué. Le filtre est censé s’appliquer tant aux ordinateurs qu’aux autres appareils mobiles susceptibles de profiter de la connexion d’une box (tablettes, smartphones, consoles de jeux vidéo…).

Trois niveaux de filtrage sont proposés : léger, modéré, strict. Chacun d’entre eux peut être paramétré, des sites pouvant par exemple être ajoutés manuellement. Aussi, il est possible de le faire fonctionner que durant certaines plages horaires.

 

Pour les autres clients de BT (ceux ayant souscrit à ses services avant vendredi), ils seront tous contactés par leur FAI au plus tard dans le courant de l’année prochaine. On leur présentera alors le dispositif, avant qu’ils ne soient invités à dire si oui ou non ils veulent activer le fameux filtre…

Le plan de David Cameron suit son cours

Le déploiement de ce filtre n’est pas une surprise, puisqu’il s’agit en effet du plan auquel ont consenti il y a quelques mois les principaux FAI du Royaume-Uni avec l’exécutif britannique. « Un clic pour protéger l’ensemble de votre foyer et garder vos enfants en sécurité » résumait cet été David Cameron, le premier ministre, pour présenter les grandes lignes du dispositif. BT n’est d’ailleurs pas le seul à avoir commencé à déployer un tel filtre, TalkTalk et Sky l’ayant par exemple déjà précédé dans cette tâche.

À terme, l’objectif est que d’ici la fin 2014, tous les clients ayant un accès à Internet fixe se voient proposer un filtre. Un dispositif similaire est prévu s’agissant de l’internet mobile (via téléphone portable). Le blocage a également déjà débuté du côté des Hotspots Wi-Fi, puisque les six sociétés fournissant 90 % des réseaux publics au Royaume-Uni appliquent d’ores et déjà un tel dispositif de filtrage.

Risques de surblocage

Si aucun détail précis n’a jamais été fourni s’agissant de la liste des sites et/ou contenus visés par ce filtrage, l’on remarquera que la tâche s’annonce d’ores et déjà périlleuse. En effet, en octobre dernier, une étude publiée par la société Adaptive Mobile (spécialisée dans la vente de solutions de sécurité) mettait notamment en avant le fait que la mise en place de filtres dans les Hotspots publics du Royaume-Uni conduisait régulièrement à des surblocages – par exemple de sites d’éducation sexuelle dont certains mots-clés étaient restés au travers de cette passoire.

Au-delà des seules limites techniques d’un tel dispositif, ce sont également les velléités des autorités britanniques qui arrivent à être contestées outre-Manche. Dans une tribune publiée dans le Telegraph, la professeure Brooke Magnanti a ainsi fait valoir ce week-end : « Une fois qu’un gouvernement prend goût à la censure, il s’en arrête rarement aux seuls « contenus pour adultes ». Vous croyez que le blocage accidentel de ressources éducatives destinées aux jeunes [celles relatives à l’éducation sexuelle, ndlr] est une exception ? Attendez qu’un blog ou qu’un forum politique que vous consultez soit bloqué sous le prétexte d’un « discours extrémiste ». La question n’est pas de savoir si cela se produira, mais quand ».

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *